Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 18:25

Ce site recense, de manière ludique, les fautes de français trouvées dans la presse : http://chouxdesiam.canalblog.com/

 

 

On sent, à la lecture du blog, l'allergie aux contre-sens, & le goût du bon parler, c'est déjà un bon point. Et j'aime beaucoup l'idée de reprendre la phrase fautive pour en dévoiler l'erreur de construction, ça donne toujours des choses rigolotes & évidentes, preuve que la grammaire française, qui passe pour être compliquée, est avant tout logique et de bon sens.

 

Par exemple voici un article récent :

 

Pendu avec des coups de couteaux

 

  • Un pizzaïolo retrouvé pendu avec des coups de couteaux à Tarascon
    (Titre d'un article de l'AFP, paru dans Libération.fr le 7 novembre 2011.)

Un ami lecteur me signale cet article, dont le titre semble faire état d'une curieuse technique de pendaison. Je me demande en outre ce qui amène l'auteur à indiquer que l'on a utilisé plus d'un couteau...

Pour éviter le comique involontaire, particulièrement regrettable dans les circonstances, il fallait se méfier des différents emplois de la préposition avec. Je suggérerais :

Un pizzaïolo retrouvé pendu et poignardé à Tarascon

 

 

 

Vous remarquerez que, de façon pédagogique, on termine par une suggestion de correction, en général du style de l'article d'ailleurs.

 

Enfin on trouve aussi sur ce blog des liens vers des règles de grammaire bien expliquées.

 

 

Pour ma part je me sers des trouvailles de cette blogueuse avec mes grands en leur demandant de trouver la formulation fautive : c'est un peu les énigmes version Français, & l'exercice n'est pas simple. Un bon moment pour les fin de matinées difficiles...

Partager cet article
Repost0
11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 11:25

le fameux discours de Bill Gates à des étudiants amricains. 

Il n'y a pas à dire, ces us, ils ont le sens du mot.

 

 

Règle 1 :
La vie est injuste : habituez vous!

Règle 2 :
Le monde se fout de votre amour-propre.
Le monde s'attendra à ce que vous accomplissiez quelque chose AVANT que vous ne vous félicitiez vous-même.

Règle 3 :
Vous ne gagnerez pas $60,000 l'an en sortant de l'école.

Règle 4 :
Si vous croyez que votre professeur est dur avec vous, attendez d'avoir un patron.

Règle 5 :
Travailler dans une friterie n'est pas s'abaisser, vos grands-parents avaient un mot différent pour ça; ils appelaient ça une opportunité.

Règle 6 :
Si vous gaffez, CE N'EST PAS LA FAUTE DE VOS PARENTS, arrêtez de chialer et apprenez de vos erreurs.

Règle 7 :
Avant que vous naissiez, vos parents n'étaient pas aussi ennuyants qu'ils le sont maintenant, ils sont devenus comme ça, en payant vos factures, en nettoyant vos vêtements et en vous entendant raconter combien bons et cool, vous vous croyez.
Ainsi, avant de sauver les forêts tropicales des parasites de la génération de vos parents, commencez donc par faire le ménage dans la garde-robe de votre propre chambre.

Règle 8 :
Votre école s'est peut-être débarrassé du système gagnant-perdant, mais PAS LA VIE. Dans certaines écoles, on a aboli les notes de passage et on vous donne autant de chances que vous voulez pour obtenir la bonne réponse.
Ceci ne ressemble en aucune façon à la vraie vie.

Règle 9 :
La vie n'est pas divisée en semestres. L'été n'est pas une période de congé. Et très peu d'employeurs sont disposés à Vous aider à VOUS TROUVER, faites ça sur votre propre temps.

Règle 10 :
La télévision n'est pas la vraie vie. Dans la vraie vie, les gens quittent le café et vont travailler.

Règle 11 :
Soyez gentils avec les "vieux cons", ... il y a de bonnes chances que vous en ayez un pour patron.


Si vous êtes d'accord, faites circuler, sinon, mettez-vous la tête dans le sable et prenez une grande respiration.
Partager cet article
Repost0
31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 21:56

On entend de plus en plus de choses diverses & variées sur ce qu'il convient d'appeler "l'école à la maison"; souvent d'ailleurs à l'occasion de problèmes, de confrontations entre l'Education Nationale & des parents, comme si ce sujet ne pouvait être évoqué paisiblement. 

 

Je ne porte de jugement sur aucune des situations familiales, n'ayant que des sons de cloche unilatéraux & indirects : comment juger sans entendre les deux parties??

 

Mais une évidence m'a sauté aux yeux : il y a une différence entre l'instruction en famille, où les parents se chargent d'instruire leurs enfants librement & sans référence à l'EN, & la scolarisation à domicile, qui est une autre forme d'école avec l'application des programmes de l'EN.

 

Dans le premier cas, l'IEF revendique une autre forme d'instruction, qui n'est pas nécessairement contenue dans des manuels ou des enseignements scolaires. Il est alors convenu que les leçons se passent au contact d'une réalité naturelle, & selon le désir & l'intérêt de l'enfant. Cet intérêt peut être suscité, orienté, afin de se tourner vers les matières scolaires; cela ne fait aucun doute que les parents soient conscients de l'importance de la grammaire, du calcul, etc... pour l'avenir de leurs enfants!

Dans ce cas, la loi autorise l'Etat à veiller à ce qu'à 16 ans, un enfant ait acquis un niveau équivalent aux autres enfants de son âge. Les parents doivent justifier leurs choix pédagogiques pour y arriver, mais ils ont la liberté de ne pas avoir de référence au système des classes (CE, CM...). 

 

 

Dans le second cas, la scolarisation à domicile est un choix différent puisque les enfants sont des élèves instruits par leurs parents qui suivent les programmes et le rythme des classes de l'Education Nationale. Les méthodes peuvent différer de l'école dite traditionnelle, les programmes peuvent ponctuellement être adaptés, comme dans une classe; mais globalement les parents gardent une référence à l'EN & y sont soumis : inscrire des enfants dans une école par correspondance reconnue revient à les inscrire dans une école privée, ne l'oublions pas! On a un certificat de scolarité, des cours imposés, des devoirs à rendre, des bulletins, etc... 

D'où la difficulté légale du contrôle annuel : normalement, dans l'EN, seule une institutrice peut être évaluée, pas un élève. Alors comment faire dans une famille?? Comment régler un avis d'inspecteur qui diffèrerait de celui de la maitresse habituelle de l'enfant?

 

Une (bonne) solution serait peut-être de distinguer l'IEF de la scolarisation à domicile pour adapter au mieux les relations entre l'EN & les parents, gérer les contrôles annuels & leur formalités.

 

Le débat est ouvert.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 16:17

Vu dans le dépliant de Aldi pour une vente le 29 Octobre : 

 

BILD19K-1.JPG

 

 

Quelqu'un connait? Est-ce intéressant? 

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2011 6 15 /10 /octobre /2011 16:05

Voici ce qu'on peut trouver chez "l'as des l*ts" en ce moment, pour 1 €

 

-- une carte de France ardoise : nous y ferons les révisions géographiques avec des craies de couleur pour les fleuves, les montagnes... 

 

 

p0011.jpg

 

 

-- des CD d'histoire de France de Jacques Bainville. Je préfère de beaucoup Soeur Laure (cf ici), que nous écoutons depuis de longues années; mais sur des périodes précises d'histoire, il est intéressant d'aborder un thème tout seul, & d'entendre une évocation différente. 

 

45448299.jpeg

 

Il y a aussi une biographie de Jean-Paul II, avec un regard historique, & non spirituel. J'écouterai quand même avant...

 

868008022910788720.jpg

 

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2011 4 13 /10 /octobre /2011 11:43

Désolée pour certains accents, que mon clavier ou Over-blog n'affichent plus.

 

 

 

On nous dit, comme une révélation, qu'il faudrait évaluer les enfants de 5 ans en classe maternelle. 

 

http://videos.tf1.fr/infos/2011/les-maternelles-bientot-evalues-6762443.html

 

 

Mais, outre le débat de cette classification des enfants en catégories (dont une joliment nommée : "à risques", hum...), pourquoi attendre aussi tard pour déceler d'éventuels soucis d'apprentissage? "A 6 ans un enfant est achevé d'imprimer", disait la Doctoresse. Il serait temps, au bout de 2 années de "scolarisation" que l'institutrice diagnostique un souci. 

 

Et pourquoi, au lieu d'évaluer les dégats & les retards, pourquoi ne pas directement revoir la méthode d'apprentissage, puisqu'il existe une pédagogie qui fonctionne & qui permet une évaluation des acquis en permanence : la pédagogie sensorielle? L'un de ses avantages, & non le moindre, est d'etre une pédagogie de la réussite, & donc aussi de l'évaluation constante des acquis. Si un enfant ne réussit pas un apprentissage, on sait exactement où il en est, comment reprendre avec lui, & parfois où se situe un éventuel problème physique ou psychologique. Pas besoin de faire un test ou une évaluation ponctuelle, avec le stress que cela peut créer pour un enfant. 

 

Et puis ce truc de l'efficacité absolue, alors qu'on sait que l'age n'est pas le seul facteur d'évaluation, précisément! Combien d'enfants ont accusé un "retard" apparent dans les apprentissages, & d'un coup, en une semaine, ont ratrappé les autres par un déclic inexplicable??? 

 

 

Il y a encore du chemin pour qu'on arrete de raisonner avec des solutions sur les effets, au lieu de trouver une solution sur les causes memes des troubles d'apprentissage! Arretons de massacrer ces enfants avec des méthodes qui dégradent leurs capacités intellectuelles, sensitives, sociales; & proposons-leur une progression qui tienne compte de leur corps, de leur rythme, de leurs capacités! 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2011 3 05 /10 /octobre /2011 20:42

Une bonne amie institutrice qui se marie, & quitte sa classe pour une longue récréation. 

 

Une envie de la gâter un peu, parce que la vie ne l'a pas toujours épargnée. 

 

Les faïenceries de Gien m'ont apporté le cadeau idéal : sa nouvelle gamme "Récréation", que je vous laisse découvrir & vous apprécier des yeux.

                                                        Capture-d-ecran-2011-09-03-a-13.29.50.png

 

C'est simple, on a envie de tout prendre. 

 

 

                                                                                      Capture-d-ecran-2011-09-03-a-13.30.12.png

 

1758BPGB.jpg

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2011 3 14 /09 /septembre /2011 21:55

Bon, c'est la rentrée, alors c'est vrai que nous sommes dans le plein de livres & que mes titres d'articles ne varient pas trop.

 

Aujourd'hui, à l'excellente Librairie des Ecoles : l'histoire des Arts, idéalement sortie pour mon ainé en 3ème (puisque c'est une nouvelle matière au Brevet des Collèges). 

 


Capture-d-ecran-2011-09-14-a-21.54.33.png

 

 

La présentation est claire, toujours identique, avec des dessins & des illustrations agréables. Le texte n'est pas alambiqué, comme il peut arriver en histoire de l'Art (expérience estudiantine!!!)

 

Capture d’écran 2011-09-14 à 21.46.41

 

Allez-y, c'est ici : http://lalibrairiedesecoles.com/livre/manuel-d-histoire-des-arts-cycle-3,33

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2011 6 10 /09 /septembre /2011 18:57

AUjourd'hui une série de vieux livres : Au coeur de la Provence, Au coeur du Poitou, Au coeur de l'Alsace..., aux éditions de l'Ecole. 

 

aulong.jpg

 

Ce sont des livres de lecture suivie sur le thème d'une région de France. On suit les personnages au gré de leurs visites des lieux, des personnages célèbres, des contes & légendes, de l'histoire d'une région.

 

Tout est poussé à fond dans la description, histoire de bien être dans l'ambiance, en forçant éventuellement les traits. Il est évident par exemple que le Breton va s'appeler Yann, le Parisien étant celui qui pose des questions sur tout. En même temps, il ne faut pas oublier que peu de gens voyageaient dans les années après-guerre, & que changer de région était une forme d'exotisme. Alors, un peu trop de cigales dans le Midi ou des Alsaciens au ventre toujours rebondi ne devaient pas plus surprendre les lecteurs que les photos retouchées de nos agences de voyage actuelles. 

 

Au coeur de la provence

 

Vous me direz donc que c'est totalement dépassé ou nostalgique. Un brin peut-être, mais si on observe bien, notre génération revient à ses racines & son identité régionale, même par adoption. Probablement parce qu'on ne peut pas se sentir citoyen du monde sans savoir d'où l'on vient réellement. Le besoin est si prégnant que certaines régions ont dû voir leur population doubler spontanément en quelques années, au risque de crisper les autochtones bien réels...

 

Ce retour aux racines est une belle occasion de se raccrocher à de vraies traditions, à un patrimoine authentique, à une certaine âme, je dirais, que l'on retrouve précisément dans ces livres. C'est toute une mémoire qui se transmet à nouveau, dans laquelle il est bon de plonger. Parce que s'intégrer à un pays ou une région ne peut se faire sans l'aimer ni sans la connaître. 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 12:38

qui se monte & qui a besoin de matériel Montessori.

 

Je connais très bien l'institutrice, elle est exceptionnelle & m'a convaincue (ce n'était pas une mince affaire) de lui prêter mon matériel en attendant que l'école vote le budget pour cet achat. 

 

On a rempli sa Twing*, & j'avoue que j'ai eu un pincement au coeur de voir partir les cylindres, la tour rose, l'escalier marron... comme autant de signes d'une pédagogie chère à mon coeur, qui dépasse largement le cadre de l'enseignement pour atteindre certaines bases de l'éducation même de nos enfants.

 

                         P1020517

 

Belle rentrée à ces petits écoliers veinards qui grandiront avec leur super maîtresse & tout ce matériel!

 

 

Partager cet article
Repost0